Projection du Film Barndommens Gade

Au cafébiographe Vester Vov Vov , Absalongade 5, Copenhague Vest. 
Mardi 5 Novembre à 20 heures. Réception dès 19h30 pour le verre de l’amitié. Film en Danois, sous-titré français.

120 couronnes l’entrée – Tarif réduit Jusqu’au 31 octobre: 90 couronnes.  https://billetto.dk/e/projection-du-film-barndommens-gade-billetter-388937/
Mobil Pay possible (info: adfe.dk@gmail.com)
OBS: Pour les membres de l’ADFE 40 couronnes seulement (s’inscrire sur adfe.dk@gmail.com)

Barndommens Gade est un film danois de 1986, réalisé par Astrid Henning-Jensen. Erik Thygesen en a écrit le scénario d’après le roman éponyme de Tove Ditlevsen.

Le film nous montre la vie d’une jeune fille de 14 ans, Ester, interprétée par Sofie Gråbøl, résidant avec sa famille dans un 2 pièces du quartier ouvrier de Vesterbro à Copenhague dans les années 30. Ester a un grand amour pour l’univers magique de la poésie qui l’attire beaucoup plus que la réalité. Elle est une âme naïve, généreuse, son charisme fait d’elle un personnage auquel l’on s’attache et que l’on a envie de suivre dans son parcours de poétesse adolescente. 

Grâce au talent de Michael Solomon à la caméra, le Copenhague dés années trente nous est restitué avec authenticité. En plus de Sofie Gråbøl, les nombreux autres acteurs du film impressionnent également par la qualité de leurs jeux.

Barndommens Gade a reçu en 1988 le prix de la ville de Laon au VIe Festival international du cinéma jeune public – aujourd’hui appelé Ciné jeune de l’Aisne.

Mélancolie Ouvrière de Gérard Mordillat

Le 14 Mai 2019 au Vester Vov Vov

Gérard Mordillat visite Copenhague et viens nous présenter son film!

D’après l’essai de l’historienne Michelle Perrot.

Avec Virginnie Ledoyen, Philippe Torreton, Marc Barbé et la partiticpation de Francois Morel et Francois Cluzet.

(FRANCE, 2017, 90’) – Langue: Francais Sous-titré Anglais

Lucie Baud est l’une des premières syndicalistes françaises qui, en 1905 et 1906 mena les grandes grèves dans les filatures de tissage de la soie à Vizille et Voiron. Féministe avant l’heure, elle est une de ces femmes exemplaires, de ces héroïnes du quotidien dont la vie familiale, la vie amoureuse et la vie militante ne sont qu’une seule et même vie, une vie vouée à briser  » l’infinie servitude des femmes « 

Avec Mélancolie ouvrière, une fiction historique et engagée, Gérard Mordillat ajoute une nouvelle pierre à son travail sur la condition ouvrière, qui traverse toute son œuvre romanesque et cinématographique, de Vive la Sociale (1983) à la série Les vivants et les morts (2010). Son engagement est ici porté tout en émotion par l’étonnante histoire de Lucie Baud d’après l’essai de Michelle Perrot, historienne du travail et des femmes.